La forêt des médias


Nicolas Sarkozy

Ami de tout le monde dans les médias et les affaires



"Le figaro" du 27 novembre 2004, article de Sylvie-Pierre Brossolette

Nicolas Sarkozy n’avance pas seul. Depuis bientôt trente ans, le nouveau président de l’UMP s’est inventé un réseau d’amitiés fortes et éprouvées dans toutes les sphères de la vie publique. Elles sont les racines de son ambition. (...) Il a un lien très fort avec son propre ancien « dir cab », Pierre Mariani, désormais dirigeant à BNP-Paribas. (...) Mais le réseau le plus impressionnant de Sarkozy se trouve chez les chefs d’entreprise. Une pléiade de PDG sont à tu et à toi avec lui. A commencer par le plus proche, parrain d’un de ses fils, Martin Bouygues. Suivent de près Paul Desmarais senior, Antoine Bernheim, Jean-Claude Decaux, (...). Et encore, sans pouvoir citer tous ceux que Sarkozy voit ou appelle régulièrement : (...), Thierry Breton (NB à l'époque président de France Telecom), ...

"L'humanité" du 24 décembre 2004, article de Stéphane Sahuc

Vacances entre amis. Nicolas Sarkozy passe ses vacances de fin d’année au Canada. Plus exactement chez un ami québécois, Paul Desmarais. Ce magnat canadien des affaires internationales est un confident estimé du nouveau patron de l’UMP. Il se trouve que ce Paul Desmarais est également un administrateur du groupe Suez. Un groupe propriétaire d’Electrabel, l’électricien belge qui contrôle 7 % des capacités de production électrique installées en France et qui attend avec impatience l’ouverture du capital d’EDF et de GDF. Cela explique peut-être en partie la « pugnacité » de Nicolas Sarkozy lors de son passage à Bercy pour imposer le changement de statut à l’électricien français. (NB Sarkozy fusionnera effectivement GDF et Suez en juillet 2008)

"L'express" du 19 janvier 2006, article d'Eric Mandonnet

Ces personnalités-là ont un point commun : Nicolas Sarkozy les consulte - un peu, souvent, en permanence. (...)
Les amis : ..., Martin Bouygues (nb.: témoin de son mariage avec Cécilia et parrain d'un de ses fils), ...
Les patrons : Michel-Edouard Leclerc, François Pinault, Arnaud Lagardère, Antoine Bernheim, Claude Bébéar, Michel Pébereau, Patrick Kron (Alstom), Carlos Ghosn, Charles Milhaud, Gérard Mestrallet
Les penseurs (
NB sic) : Nicolas Baverez, Pierre Mariani, Alain Minc, Alain Finkielkraut, Pierre Avril
Les visiteurs : Pierre Giacometti, directeur général d'Ipsos, ...
L'Etat-major politique : ..., Gérard Longuet, ...

"Le canard enchaîné" du 9 mai 2007

Avec qui Nicolas Sarkozy a-t-il dîné pour fêter son triomphe (nb. à l'élection présidentielle du 6/5/2007)? (...) Martin Bouygues, Vincent Bolloré, Alain Minc, conseiller de François Pinault, .... (...) Arnaud Lagardère n'était pas de cette fête. Il avait déjà eu le plaisir de féliciter Sarko au siège même de la campagne de l'UMP. Deux autres patrons nécessiteux avaient bénéficié de la même faveur : Antoine Bernheim et Albert Frère.

M. Sarkozy est l'ami des médias qui disent du bien de lui :

"Le monde" du 17 novembre 2006

L'ex-directeur de la rédaction de Paris-Match, Alain Genestar, affirme (...) que Nicolas Sarkozy est à l'origine de son licenciement, suite à la publication par ce magazine, le 25 août 2005, d'une photo de Cécilia Sarkozy au côté du publicitaire Richard Attias.

Dépêche AFP du 15 mai 2007

Les journalistes du JDD ont adressé mardi une lettre ouverte à Arnaud Lagardère, patron du groupe propriétaire du journal, dans laquelle ils dénoncent "une censure inacceptable", liée selon eux à son intervention, après la non publication d'un article sur Cécilia Sarkozy.

Dépêche AP du 18 avril 2007 signée « jp/mw »

« Nicolas Sarkozy est un ami, mais dans ma position de patron de presse (nb. de Paris-Match entre autres), je ne veux pas indiquer pour qui je vote, même si cela ne fait aucun doute pour tout le monde », explique Arnaud Lagardère

"Le matin" du 27 janvier 2007, article de Ian Hamel

Un proche de Sarkozy vous appelle au téléphone et lâche le nom de votre maîtresse, menaçant de le faire savoir à votre épouse si vous ne devenez pas davantage conciliant avec le candidat de l'UMP», s'étrangle un journaliste du Figaro. Un proche de Sarkozy que Karl Laské, journaliste à Libération appelle carrément «le lanceur de boules puantes»

"L'express" du 9 mars 2007, article non signé

Nicolas Sarkozy a téléphoné à Edouard de Rothschild, propriétaire du quotidien Libération, pour protester contre la couverture que lui a consacré son journal le 1er mars (...) Qualifiant le journal de "sectaire de gauche", le ministre de l'Intérieur aurait expliqué à son principal actionnaire que cela l'empêcherait sans doute de trouver à l'avenir des gens pour le financer...

Dépêche AFP du 28 avril 2007

Sarkozy impressionne tellement que s'il y a un pétochard dans la rédaction en chef, la liberté du dessinateur est fichue.

Dépêche AFP du 19 novembre 2007 de Bénédicte Rey

Les journalistes des Echos se sont dits "choqués que son nom ait été évoqué par le président de la République avant même l'annonce officielle de sa nomination". La direction de la rédaction des Echos a eu la surprise d'entendre Nicolas Sarkozy évoquer le nom de M. Beytout vendredi lors d'un entretien consacré officiellement à l'actualité économique et sociale, mais au cours duquel le président a aussi abordé la vente du titre. "Cette intrusion confirme les menaces qui pèsent sur l'indépendance éditoriale avec le rachat des Echos par LVMH", ont estimé les journalistes du quotidien économique dans un communiqué. Le Syndicat national des journalistes et le président du groupe PS au Sénat ont dénoncé cette "ingérence".

Dépêche AFP du 12 décembre 2007

Le président de la République se défend de toute "mainmise" sur les médias et affirme que la presse est "globalement de gauche" et a été "globalement opposée" à sa candidature. "Réjouissez-vous que des industriels investissent dans la presse plutôt qu'elle appartienne à des fonds de pensions anglo-saxons!".

Bah, ce sont les mêmes ! Un peu plus à gauche que leur presse, il y a bien de Villiers.

Tout cela est désintéressé dans les deux sens :

« La tribune » du 04 septembre 2007, article de Pascal Junghans

L'ancienne juge d'instruction Eva Joly, célèbre pour son enquête sur l'affaire Elf, met en cause violement Nicolas Sarkozy dans sa volonté de dépénaliser le droit des affaires et d'interdire les enquêtes sur dénonciation anonyme. "Je ne comprends pas un pays qui responsabilise ses enfants et ses fous et irresponsabilise ses élites: cela me paraît une grave erreur et une absence de compréhension de ce qu'est la criminalité organisée ou la criminalité économique", a déclaré, sur France-info, celle qui est devenue conseillère anti-corruption en Norvège. En matière de dénonciation anonyme, "la France irait ici à l'opposé de ce que font tous les autres grands pays dans le monde", s'est indignée Eva Joly qui a comparé Nicolas Sarkozy à Silvio Berlusconi, dans sa manière de "soutenir les délinquants". La dépénalisation du droit des affaires est une vieille revendication du Medef. Un temps, l'organisation patronale souhaitait agir en réduisant le délai après lequel une affaire économique ou financière peut être prescrite, limitant ainsi la période au cours de laquelle les juges peuvent être saisi d'une de ces affaires, toujours longues à mettre à jour. La France est pourtant un pays où les sanctions pour délit économique sont peu nombreuses.

« La tribune » du 08 octobre 2007, article d'Isabelle Repiton

(...) « La seconde réflexion à mener concerne la publicité sur les écrans télévisés. Les investissements publicitaires en télévision en France sont proportionnellement inférieurs à ce qui existe dans d'autres pays. L'assouplissement des règles pourrait être proposé à l'occasion de la transposition en France l'an prochain de la future Directive européenne sur les services audiovisuels. » (...) Enfin, Christine Albanel compte lancer une réflexion sur les seuils anti-concentration, qui interdisent par exemple à un groupe de détenir plus de 49 % du capital d'une chaîne de télévision. Il s'agit de "favoriser la création de groupes audiovisuels plus puissants face à la concurrence de groupes étrangers et d'opérateurs télécoms" a expliqué la ministre.

Plus internationaux et puissants que Lagardère ? Amusant.

Dépêche AP du 08 janvier 2008, article d'Isabelle Repiton

Nicolas Sarkozy a proposé mardi de supprimer la publicité sur les chaînes publiques. (...) Les titres des chaînes privées TF1 et de M6 se sont envolés après les déclarations du président.

Traduction du site : « je renvoie l'ascenseur à Martin Bouygues », et dans le même genre, on a ça :

« Le monde » du 10 octobre 2007, article de Pascale Santi

Louis De Broissia, sénateur de Côte-d'Or (UMP), a présenté un rapport, mercredi 10 octobre. (...) Afin de favoriser la constitution de groupes plurimédias, la commission souhaite également assouplir les règles anticoncentration et lever l'incertitude sur les droits d'auteur en permettant aux éditeurs d'exploiter le travail de leurs journalistes sur l'ensemble des supports.

C'est vrai : ce n'était pas encore tout à fait assez concentré. Bon, j'arrête là, il y en a tant.

Mais on peut aussi renvoyer l'ascenseur sans que cela ne se voie en France. Parcourir par exemple cette page. Voir aussi cette page pour un récapitulatif des liens récents Sarkozy/TF1, si nombreux que ça méritait une page.

Autres liens utiles

à partir du cabinet Balladur : Pierre Louette, Nicolas Bazire (témoin de son mariage avec Carla, la n°3)

la famille chez Carlyle

autres : Jean-René Fourtou, Bernard Arnault (autre témoin de son mariage avec Cécilia, la n°2),
Silvio Berlusconi, Laurent Solly, Bernard Brochant.



En résumé de cette page, le Président de la République Française est un affairiste qui utilise sa charge pour favoriser ses copains et renforcer leur contrôle commun des médias. Il y a un débat d'école pour savoir lequel de Sarkozy et Berlusconi serait le plus corrompu. A mon avis, Berlusconi étant déjà milliardaire serait plus corrupteur que corrompu. Sarkozy a l'air bien parti pour enfoncer les scores de Mitterrand et Chirac.



Page modifiée le 1/8/8 et prévue jusqu'en juin 2012, sauf hasard heureux. Après tout, les amphétamines, ça use ...